Gapen'cîmes (07oct / 27 & 50km)


## UN DOUBLE RECAP'!! D'abord Amélie pour le 50km, puis Manu pour le 27km! ##

 

Coucou les Taureaux,

 

7 octobre 2018: me voici arrivée à la date du dernier objectif que je m'étais fixé pour cette année : être finisher d'un 50kms tout en profitant de magnifiques paysages d'un parcours trail de montagne .


OBJECTIF "PRESQUE" ATTEINT ! 

Après une courte nuit, pas très tranquille, dans mon merveilleux hôtel sur roues, je me réveille la tête brumeuse pour prendre mon petit déjeuner. Il est 4h du mat'... Café froid et quelques gâteaux, je saute dans mes habits et prends la route pour aller récupérer la navette qui nous amène de Gap à Super Dévoluy. 
Je dors durant le trajet. Nous sommes hébergés durant quelques minutes avant le départ dans un superbe gymnase flambant neuf. Les bénévoles sont au petit soin et on peut profiter d'un bel en-cas avant départ, c'est réconfortant. 
Le départ est décalé d'une demi-heure. Nous apprenons que le parcours va être modifié (un passage de col, et 4kms, en moins). La météo ne va pas être favorable et nous allons prendre la pluie. Le terrain est très glissant et les organisateurs ne veulent pas prendre de risques. 
7h : départ dans la brume et le noir, à la frontale, mais sans pluie. Je me sens un peu moins stressée que d'habitude car je me fixe juste comme objectif de finir. 
Petit début tranquille sans grosses ascensions. J'ai vite chaud et j'enlève des couches de vêtements. 
Quelques minutes plus tard, il commence à pleuvoir (vous allez me trouver folle, mais j'aime bien courir sous la pluie alors ce ne me dérange pas), j'ai juste du mal à gérer ma tenue vestimentaire ne sachant quoi me mettre sur dos pour ne pas être trempée, ni avoir chaud. 
Les paysages sont magnifiques, malgré, parfois, un manque de visibilité. Il commence à faire jour et les couleurs  donnent une ambiance toute particulière en ce début d'automne. 
--Je suis vraiment déçue de ne pas avoir pu prendre de photos. La pluie a commencé à être de plus en plus forte et mes vêtements étaient tellement collés sur ma peau qu'il était impossible d'attraper mon téléphone. J'aurais pourtant voulu partager avec vous ces superbes paysages !--
 
Premières grosses ascensions sous la pluie💦, je pense à ce moment-là que je devais ressembler à un toutou tout mouillé...Le terrain est archi-glissant et on peut admirer de belles glissades tout au long du parcours! Les chaussures pèsent 3 tonnes (non,non,.. je ne suis pas Marseillaise..). 
Nous passons par des endroits somptueux, mais vraiment vertigineux! La pluie cesse puis revient. 
Au deuxième ravitaillement, c'est le pire! Je m'arrête reprendre de forces et tenter de me revêtir plus chaudement. Un bénévole m'aider à m'extirper de mes vêtements, tellement il est impossible d'y arriver seule. 
Un organisateur propose 8 places dans son camion pour ceux qui voudraient abandonner... Quoi?... Il est fou? Même pas en rêve!... C'est reparti! 
Quelques mètres plus loin un trailer me double (chaussures crottées et tout mouillé) en lançant "Mais quelle passion à la C.. ce trail". J'avoue qu'à ce moment précis, j'ai pensé qu'il n'avait pas tord!🤐
Coup de mou au 25ème kilomètre environ. Je suis affamée, j'ai mal géré mon alimentation, malgré les barres sucrées ingurgitées. Le sucre me dégoûte😫. J'ai envie de salé. Je tente de récupérer mes noix de cajou que j'ai positionnés sur le côté de mon sac. Et là, c'est le drame! -'Pas de bras pas de chocolat'-.. Impossible de bouger mes doigts pour ouvrir la fermeture. Je suis gelée! Obligée d'ôter mon sac pour récupérer mes munitions, sans quoi je ne peux continuer. Mes pieds aussi sont gelés. Il ne pleut plus mais il fait froid. 
Au final j'ai apprécié ce petit sommet car une fois requinquée il m'a réchauffé. 
Et à l'arrivée... 
Un paysage juste splendide! Vue sur Gap et ses environs! Une merveille. Quelle belle récompense! 
Descente maintenant. Et qui j'entends qui m'appelle..? Mais.. c'est Manu! 😁Il accompagne Éric et Laurence sur le 27kms. Je suis bien contente de les croiser. Ils sont dans le dur comme moi à cause du froid.
Une bise et ça repart! Descente en mode dérapage comme au ski. Certains passages assez chauds... Vertigineux parfois. Slalom entre boue, bouses 🐄 et motte de terre. Mais ça passe sans casse. 
32ème kilomètre environ, qui m'appelle.. 😁? Mes amis Tacs botanistes🌻 ! Didier et Thomas qui eux aussi crapahutent sur le 27kms. Quelle joie de les retrouver ici! Ils vont bien mais ont eu froid eux aussi. 
Nous faisons chemin ensemble vers le dernier ravitaillement. 
Petite pause. Recharge de batterie. Nous nous serions bien arrêtés plus longtemps, mais il faut repartir. 
Commence alors une longue descente vers Gap... Interminable! 
Et plus on avance, plus je sens que j'en ai marre et que c'est interminable...je râle🤬🤬...
Heureusement que vous étiez là les Taureaux Ailés sur ces derniers kilomètres! Merci pour vos encouragements, désolé pour le boulet que j'ai été avant la ligne d'arrivée! L'horreur ces 4 derniers kilomètres, et ce final bitume avec passage bétonné au milieu des conteneurs poubelle! Mais ce n'est heureusement pas cela que nous retiendrons! 
Arrivée tant attendue après 6h55 de course pour moi. Nous passons tous les 3 la ligne d'arrivée main dans la main. 
Fatigués mais tellement contents. 
Pour ma part un peu déçue de ce parcours modifié qui, du coup, ne m'aura pas fait remplir en totalité mon objectif l'année..
 
Une trail magnifique que je positionne en 3ème place parmi les trails que j'ai effectués jusqu'ici. 
Et grosse cerise sur le gâteau: un podium pour moi. (Mais pas aussi méritant qu'il en est: Le 50 kms est devenu 46 et le 58.. 46 aussi! ..du coup les inscrits des 2 courses ont fait le même parcours, mais ils ont été différenciés sur les podiums..).
Un trail qui me laissera un très bon souvenir grâce à ses paysages d'automne magnifique. A noter sur la calendrier le 58kms pour l'an prochain,... qui me suit..? 😉

Amélie
----------------------
Bonjour les TACs,

**** Ceci est une histoire de défis... ****

 

Pour changer de la très célèbre "Ronde de la Touloubre", les Blablatacs de la section 'Loisirs et Botanique', Thomas, Didier et Manu, se sont lancés pour leur première Gap'encîmes. Course que nous devrions plutôt rebaptiser la "Gap'enpluie" ou "Gap'enboue", nous hésitons encore avec également "Gap'ilfaitfroid".. Ceci donnant le ton de cette aventure.

 

Cela commence avec un réveil le dimanche à 4h00 du mat' (oui vous ne rêvez pas, drôle de grasse mat'), après une nuit déjà agitée par des orages et des coups de tonnerre dès 02h40. En clair, une nuit bien trop courte pour la plupart d'entre nous...

 

Mais après quelques échanges de SMS de motivation dès 4h00 (super pour les conjointes...), le rendez vous de 5h00 est confirmé et nous voilà partis, sous la pluie, pour notre futur soin de boue alpestre. La bonne humeur bien connue des TACs revient de plus belle, d'autant que la pluie commence à cesser en  arrivant à hauteur de Sisteron.

 

Nous arrivâmes sur Gap à 6h30 et après avoir cherché le site de retrait des dossards (pas grand monde à cette heure-ci...), nous retrouvâmes Eric et ses drôles de dames, les bien nommées Sylvie, Laurence et Marysol.

Nous voilà tous les sept, fins prêts, disposés à prendre la navette qui nous mènera jusqu'au site de départ, "le Domaine de Charance".

 

Arrivés sur place, nous nous agglutinons sous un abri en bois car la pluie commence à tomber et un refrain commence à jaillir de nos frimousses effrayées: "Mais qu'est ce que je fais là ?!!"

A grand coup de 'méthode Cauet/couet" , Eric maintien la dynamique du groupe malgré la pluie incessante et les nuages devant nos yeux qui masquent le Pic de Charence, 1000 m au dessus de nous...

 

9h30: départ de course, bonne humeur et les corps se réchauffent, chouette... mais de courte durée..

Au kilomètre 1, comment décrire la joie intense de la goutte de pluie froide qui ruisselle au creux des tes reins..? La messe est dite. Il n'y a déjà plus rien de sec sur nos corps pas encore meurtris. Tout évitement de flaque étant désormais inutile, comme à la maternelle, nous sautons gaiement dedans...

 

Au kilomètre 5, les choses sérieuses commencent. Nos foulées légères et aériennes laissent place à de la marche ou plutôt à de la varappe sur des pentes glissantes pour atteindre ce sacré pic de Charance de m...

 

Au kilomètre 10, la température n'est pas loin de zéro, personne ne traîne sur ce sommet ou un arrêt prolongé nous aurait congelé sur place. C'est là que Laurence, Marysol, Eric et moi-même ont la joie de rencontrer Amélie, qui, partie bien plus tôt, affronte quant à elle, le parcours long...

 

Nous évoluons ensuite sur les hauts plateaux, terres des estives, en compagnies de quelques bovins, toujours sous la pluie et sur un sol glissant et boueux, là où nos arrières trains ont rencontré le plancher des vaches à maintes reprises...

 

Au kilomètre 15, arrivant au ravitaillement solide et liquide, conscients de notre performance, nous prenons soins de goûter à la totalité des produits du terroir proposés. Pour ma part, je ne me suis jamais arrêté aussi longtemps à un ravito'. Mais Dieu que c'était bon... Et c'est précisément autour de cette table que Thomas et Didier rencontrent à leur tour Amélie et finiront le reste du parcours ensemble... Et oui, la notion de lièvre est importante en course à pied...

 

A delà du kilomètre 15, c'est une descente jusqu'à l'arrivée. Quel pied! 12 kilomètres de descente, les moyennes remontent...

 

Kilomètre 27 : enfin la délivrance! On ne voit plus la couleur de nos chaussures remplies de boues. On est trempés mais contents.

 

Un rapide changement de tenue vestimentaire (pas assez rapide au gout de certains), et on se regroupe pour attendre le reste de la manade, afin de fêter la victoire d'Amélie et dévorer le repas fourni par l'organisation.

 

Au fait, pour ce qui concerne nos temps de course respectifs: peu d'importance au vue de ceux-ci, mais la joie d'avoir fait durer le plaisir de courir en terre hostile...

 

**** PS : un défi en appelle un autre... ****

 

Manu

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Thomas (mercredi, 10 octobre 2018 17:29)

    C'est très bien résumé Manu! J'avoue que juste avant le départ ça donnait plutôt envie de ne pas descendre du bus #Knysna2010LesBleus � Mais à la fin on s'est régalé. A refaire sous le soleil!

  • #2

    Thomas la suite (mercredi, 10 octobre 2018 17:33)

    Et bravo à notre championne traileuse botaniste ��

  • #3

    Amélie (mercredi, 10 octobre 2018 22:19)

    Bravo Manu pour ce défi bien mené� ! Et ta chouette récap ! A refaire l'an prochain sur le 58 et sous un beau soleil, histoire de plus profiter pleinement de la flore locale ? Qu'est ce que tu en dis ?? �

  • #4

    Seb g. (mercredi, 10 octobre 2018 23:56)

    Bravo à vous tous ! Je suis sûr que grâce à ces conditions extrêmes, vous vous souviendrez longtemps de cette course !

  • #5

    Geneviève (jeudi, 18 octobre 2018 21:23)

    Merci Manu pour ce compte rendu j'ai eu l'impression de vous accompagner mais ce n'était que de loin. Bravo à vous toutes et tous pour votre témérité. Félicitations à Amélie aux TAC's jumeaux Didier et Thomas et bien entendu coach Eric et ses drôles de dames.
    Super